vs

Récapitulatif

C’est une équipe très motivée qui s’est rendue à Saint Médard en Jalles ce samedi 16 mars 2013.

Ce match était attendu, car cela faisait trois ans que les Bordeaux Bombers étaient invaincus à domicile.

L’équipe était complète, 15 personnes ont été présentées sur le terrain :

Nick, Nico, Clem, Mathieu, John, Paul, Adrien, Max, Seb, Matthew, Armel, Aldo, Cam, Andy, Willy

Cette belle équipe était accompagnée de supporters : PH, Béréngère & Laetitia appuyés par le capitaine François, blessé, également présent pour encourager et donner les derniers conseils.


A 11h40, une majeure partie du groupe est arrivée sur Bordeaux.

Les 3h de route sont passées à une vitesse impressionnante, nous sommes confiants pour le match face à Bordeaux, au vu des derniers entrainements,  des efforts, des performances et de l’assiduité de chacun.

Arrivés à Saint-Médard-en-Jalles nous retrouvons l’ensemble des joueurs et des supporters. Nous formons une belle brochette !

Les présentations et accolades sont d’usage, afin de remercier Bordeaux de nous accueillir.

Première activité de notre équipe : se mettre en jambe, ou plutôt aux pieds et aux mains, avec le ballon de footy.  Notre équipe n’est pas venue en touriste, et ne demande qu’à faire sortir sa rage de gagner.

 

14h30 : les deux équipes se sont changées, et pendant ce temps l’équipe féminine des Cockerels « kick » le ballon en espérant un jour tâter le terrain de St Médard-en-Jalles contre une équipe féminine bordelaise.

L’échauffement commence, et Bordeaux semble plus discipliné. Il faut dire que notre capitaine François ne peut aller sur le terrain pendant un mois, pour cause de fracture. C’est donc Will qui le remplace à cette tâche importante.

 

Le coup d’envoi a été donné à 15 heures.  Sur le terrain, l’équipe des Paris Cockerels se compose de Will, Nico, Clément, John, Nick, Cam, Andy, Armel, Paul.

Sur le banc au coup de départ, il y a Adrien, Matthew, Mathieu, Max, Seb, et Aldo.

Le premier quart temps s’articule à merveille des deux côtés.  Les 20 premières minutes passent à une allure folle, goals et behinds s’enchainent.  Les changements se font des deux cotés, et au premier quart temps, presque tout le monde est rentré sur le terrain. Chacune des deux équipes défend son territoire comme elle le peut, mais les vingt premières minutes se terminent par le score de Bordeaux 14-24 Paris.

François rassemble l’équipe, et renforce la cohésion qui existe déjà. Le but est de ne pas s’endormir sur nos lauriers grâce à l’avance obtenue.

 

Le deuxième quart temps reprend : coup de théâtre pour les Parisiens, qui menaient jusque-là. La balle leur file entre les doigts, et c’est la partie adverse qui la récupère à chaque fois.

Nick en défense arrive presque toujours à arrêter les balles qui arrivent à proximité, mais le jeu ne se joue pas qu’en défense.

Le deuxième quart temps se finit donc : Bordeaux 34 – 33 Paris.

François rassemble de nouveau tout le monde, et la colère explose. L’avance gagnée n’a servi à rien, la remontée fulgurante de Bordeaux ne présage rien de bon. Pourtant nous avons la meilleure équipe qui soit : entre les australiens baignés dans le jeu depuis leur enfance, les anciens qui maitrisent leur jeu, et les nouveaux qui se sont améliorés d’une façon fulgurante ces derniers mois, nous ne devrions pas en être là.

Il faut repartir confiant, mais avec la rage de vaincre, car nous avons les moyens, et plus que jamais face à l’équipe adverse championne de France.

 

Le troisième quart temps démarre : Encore une valse différente du premier et deuxième quart temps.  La défense et l’attaque explose, et les bordelais ne touchent pas le ballon plus de 10 secondes. On les sent d’ailleurs nerveux, rageurs et mécontents de se voir moins réactifs et solides que l’équipe adverse.

Les Cockerels ne les laissent pas souffler, et dès que le ballon revient en défense, Nick, Clément, Nico, ou Matthieu ont le bon réflexe de relancer en touche ou vers l’avant, pour dégager cette partie du terrain. Les Bordelais n’auront mis qu’un goal en 20 min de quart temps. Le score à la fin de ce quart temps est donc de Bordeaux 41 – 55 Paris.

François sait bien que rien n’est gagné. D’habitude, l’équipe flanche plutôt vers le 3ème quart temps, alors que cette fois-ci non. Les rôles sont inversés, et c’est encore plus dramatique que le match aller.

 

Au quatrième quart temps, c’est l’effusion dans tous les sens : Entre François qui hurle vers les joueurs, les pom-pom-girls qui s’époumonent et inventent un cri de guerre, le terrain où les joueurs entre eux s’appellent, s’est à peine si on entend que l’équipe adverse a aussi des supporters qui sont venus les encourager.

En 10 minutes  à peine, 3 goals sont marqués, entre John, Andy et Will.

Le ballet est parfait, pas une fausse note, ni un faux pas de notre côté.  Malheureusement ce n’est pas la même chose du côté adverse et notre cohésion, esprit d’équipe, et bonne maitrise du jeu, commencent à leur chauffer les oreilles.

Une seule erreur de notre part sur ce dernier quart temps, la pression, que les Bordelais nous imposent, n’avait pour l’instant pas réussi à nous déstabiliser, ou très peu. Cependant, devant les attaques répétées, John n’a plus pu se contenir, et l’arbitre a été contraint de l’expulser pour 10 min.

Heureusement pour nous, nous étions à 3 min de la fin, et même en finissant à 8 contre 9, l’écart semble impossible pour les Bordelais à rattraper.

 

Score final : Bordeaux 6-16-56 // 13-16-94 Paris

 

Une victoire bien méritée de la part des Parisiens qui se sont déplacés en nombre pour ce match important de la saison et ramènent en souvenir quelques séquelles, deux yeux au beurre noir dont  un avec une  hémorragie conjonctivale, un nez en sang, un coup dans le ventre, une lèvre fendue, mais une belle victoire qui nous fait oublier tous ses maux.

 

Le championnat est relancé !

Laetitia / Maureen

http://bordeauxbombers.blogspot.com/2013/03/les-bombers-surprit-domicile.html

Les Bombers surpris à domicile

Les années se suivent et ne se ressemblent pas chez vos bombardiers préférés.
Après avoir récolté la cuillère de bois en Coupe Grand Sud en février dernier, les Bombers se sont inclinés en championnat face aux Cockerels de Paris. Le score est lourd: 56 (6.16) à 94 (13.16).
Le début d’année est compliqué et la place en finale de la Super League (1er juin à Montpellier) n’est pas assurée.
Pourtant, les bordelais menaient d’une petite tête à la mi-temps (34 à 33). Mais la deuxième mi-temps a fait ressortir les lacunes collectives du moment: 9 bons joueurs sur le terrain qui ne jouent pas ensemble. Du coup, les joueurs parisiens, emmenés par un bon contingent australien plus des internationaux français en forme, en ont profité pour creuser l’écart et faire « sauter » notre milieu et notre défense.

L’échéance du 13 avril contre Toulouse, sur notre terrain est primordiale pour éviter un déplacement de la peur à Strasbourg le 18 mai. En espérant voir un maximum de monde aux trainings, et une implication exemplaire, nous pouvons retrouver notre jeu et notre collectif. Nos valeurs et nos compétences sont toujours là, peut-être enfouies en ce début d’année, mais un bomber a du caractère. A nous de le montrer contre les Hawks!

GO BOMBERS!

Détails

Date Temps Ligue Saison
mars 16, 2013 15:00 Championnat de France - Super League 2012/2013

Résultats

ÉquipeQ1Q2Q3Q4GoalsBehindsTotal
Bordeaux Bombers1434345561655
Paris Cockerels24333394131694

Lieu

Parc Saint-Medard-en-Jalles
39C Chemin de Cantelaude, 33160 Saint-Médard-en-Jalles, France