Ligue : Championnat de France - Super League

Paris Cockerels

Une des équipes masculines du club des Paris Cocks, les Cockerels sont nés en 1998. Après la création d’une deuxième équipe masculine, les Cockatoos, en 2015, les Cockerels continuent d’être une presence forte en Europe. Les Cockerels invaincus ont gagné la ligue français en 2017/18.

Strasbourg Kangourous vs Bordeaux Bombers

http://bordeauxbombers.blogspot.com/2013/05/les-bombers-renouent-avec-le-succes.html

Les Bombers renouent avec le succès mais ne se qualifient pas pour la finale

C’est une saison frustrante qui s’achève pour vos bombardiers. Malgré une belle victoire en terre alsacienne 154 à 63, la qualification pour la finale n’a pas pu être validée. La faute à un goal average inférieur à celui des toulousains et des parisiens, qui terminent pourtant avec le même nombre de points.

D’autant plus que les strasbourgeois partaient avec un avantage de 50 points, suite à une erreur de calendrier de notre part. Le match devait avoir alors lieu le 25 mai, nous avons pris nos billets pour le 18… L’an prochain, nous ne serons plus les Bombers de Bordeaux mais les Boulets de Bordeaux (ou les Connards, faut voir avec Alban c’est son projet). Merci aux Kangourous d’avoir jouer le match tout de même.

Après un voyage agréable pour la majorité de l’équipe (avion+voiture de loc depuis Mulhouse ou la Suisse, merci Pascal!), nous avons retrouvé Alban, Yoann et Clément qui ont fait la route en voiture. Le temps était clément et bien printanier pour jouer ce match.

Pourtant, tout commence mal, les Kangourous marquent un goal et un behind dès l’entame et mènent donc de 57 points. Nous nous révoltons après 10 minutes de jeu, et jusqu’au milieu du quatrième quart-temps, nos adversaires ne marqueront pas. La fin de match est frustrante, nous marquons beaucoup de behinds et peu de goals. Cependant, le retard au goal average était trop important et nous n’avons pas avoir de regret sur ce match. La saison s’est perdue contre Toulouse et Paris à domicile. Nous avons retrouvé, cependant, une envie et une application qui nous avait fait défaut sur les matchs précedants. Notre milieu a été conquérant et a distribué de bons ballons, la défense a été hermétique et l’attaque a concrétisé les occasions. De bonne augure avant la Coupe de France.

1er quart-temps: Bordeaux (5.3) 33 – Strasbourg (1.1) 57
2éme quart-temps: Bordeaux (9.10) 64 – Strasbourg (1.1) 57
3ème quart-temps: Bordeaux (17.15) 117 – Strasbourg (1.1) 57
4ème quart-temps: Bordeaux (22.21) 154 – Strasbourg (2.1) 63

Buteurs: Loïc Besnard-Gonthier 11.1, Pascal Ivorra 2.5, Alex Vautrin 2.1, Fred Zohar 2.1, Alban Schieber 1.4, Nico Vautrin 1.3, Raphaël Ubeda 1.2, Cyril Debet 1.0, Clément 1.0 et Robin More-Gaspar 0.2 et non attribué 0.2.

La soirée avec les strasbourgeois a été très agréable, nous avons découvert la gastronomie locale dans un restaurant typique. Menu: tartes flambées et bières. La fin de soirée fut plus dansante avec Pascal et Raph lancés dans des battles hip-hop avec des adolescentes…

Rendez-vous le 22 juin pour la Coupe de France à Cergy pour défendre notre titre!

vs

Paris Cockerels vs Toulouse Hawks

C’est sous un temps gris et menaçant que la dernière rencontre des Paris a eu lieu ce samedi 18 mai 2013. Ce match est important puisqu’il va sans doute définir les finalistes de ce championnat.

Ce match promet d’être serré vu la maitrise de cette discipline par les deux équipes.

Les Toulouse Hawks se sont déplacés à 14 : 11 joueurs, leur Coach, et deux joueurs blessés mais motivés et transformés en arbitre de touche et  Waterboy.

Les Cockerels sont encore une fois venus en nombre. 15 joueurs, des Cheerleaders, et de nombreux supporters.

La rencontre se déroule au stade ASPTT de Pantin.  A 15 heures, Thomas Urban, arbitre pour l’occasion, sonne le coup d’envoi pour ce premier quart temps. On peut très vite le définir comme le quart temps Toulousain, car les Hawks s’engagent bien plus vite dans le match que les Cockerels. L’enchainement est rondement bien mené par l’équipe de Toulouse, et les goals fusent à une vitesse déroutante. Les Toulousains mènent déjà de 30 points quand les Parisiens n’ont toujours pas ouvert le score. Cela s’annonce mal pour l’instant pour les Parisiens. Cependant, dans cette deuxième moitié du quart temps, Paris prend conscience de l’enjeu et montre les crocs. Le jeu des Toulousains s’essouffle face à la ténacité des Parisiens. Les Cockerels remontent leur retard.

Le quart temps se finit donc au bout de 20 minutes très intenses : Paris Cockerels (4/4)28-38(6/2) Toulouse Hawks.

Le deuxième quart temps propose une image inversée du premier quart-temps, cette fois en faveur des parisiens. Le changement de camp leur redonne une seconde jeunesse, et on n’a pas l’impression que le match entame son deuxième quart temps.

Le jeu est ultra aérien, et lorsque le ballon touche le sol, on perçoit la maitrise des Parisiens pour ramasser le ballon, ou le faire rebondir avec agilité vers leurs co-équipiers.

Les Attaquants et les Milieux sont omniprésents et déstabilisent les Toulousains, qui font des erreurs. Un placage malheureux d’Emilien des Hawks sur Paul des Cockerels ne se passe pas si bien que prévu, et le poignet d’un de nos australiens est cassé.

Ce quart temps se termine part : Paris Cockerels (8/8)56 – 52 (8/4) Toulouse Hawks

Après la mi-temps le match reprend. La tension est palpable entre les deux équipes qui sont au coude à coude niveau score. Les Toulousains marquent plus facilement que les Parisiens. Comme toujours en troisième quart temps, on sent les Cockerels toujours plus fatigués à la reprise. Mais le but n’est pas de se faire distancer bien au contraire. Ce match est décisif sur les résultats pour connaître les deux équipes finalistes.

Tout le monde en est bien conscient, mais les Toulousains ne s’avouent pas vaincus et veulent défendre leur titre à tout prix.

La technique de Toulouse est efficace : la majorité de leurs buts est marquée des 30 mètres en plein axe, et souvent juste après l’engagement. Belle maitrise du coup, de la balle à l’engagement, mais leur Ruck a trouvé son adversaire, et Clément C. se défend bien face à Grégoire Patacq (Hawks).

La Défense des Cockerels est comme toujours bien présente, entre Nick, Nicolas R., Clément D., Matthieu D.

Les Toulousains manquent de marquer quelques goals grâce à cette défense qui touche le ballon. Cela ne met qu’un point au lieu de 6.

Ce troisième quart temps se termine avec la même avance de Toulouse qu’au premier quart temps : Paris Cockerels (12/11)83- 91(14/7) Toulouse Hawks

Le Quatrième Quart temps débute avec  hargne et une tension à son maximum : les deux équipes sont à 20 min du coup de sifflet final  et tout le monde met les bouchées doubles : Paul est revenu sur le terrain malgré son poignet gonflé et cassé, les supporters donnent de la voix ainsi que les cheerleaders qui s’égosillent même. Le ballon fuse d’un côté comme de l’autre, mais plus souvent coté Parisien, ce qui n’empêche pas Toulouse d’éviter quelques goals. Les Parisiens remontent quand même de façon impressionnante face à Toulouse qui parait rester scotché sur place, face à la persévérance parisienne. Malgré tout, dans les dernières minutes, les Hawks marquent d’une facilité déconcertante, qui en laissent pantois tous le public.

Le public est alors en haleine, et les 20 min de ce dernier quart temps sont insoutenables. Les minutes défilent et ralentissent en même temps.

Le dernier coup de sifflet est enfin donné et le score final tombe. Paris Cockerels (17/12)114 -99 (15/9). Les Cockerels seront en finale contre les Hawks !

La rencontre se finit au clubhouse pour la bière de l’amitié.

Conclusion :

Les Paris Cockerels ont rencontré une équipe à la hauteur de leurs espérances, avec un très beau jeu, bien aérien, digne des grands. Leur fairplay que nous avions déjà pu entrevoir lors du match Aller est confirmé. Une très belle rencontre qui s’est déroulée ce Samedi 18 mai, Toulouse ! Revenez quand vous voulez !!

Rendez-vous donc le week-end du 1er juin pour la grande Finale à Montpellier.

Les Cockerelles

vs

Toulouse Hawks vs Paris Cockerels

Samedi 27 Avril 13 heures

L’équipe féminine des Paris Cockerels surnommée « les Cockerelles » a commencé son entrainement sur le terrain des Argoulets à Toulouse.

La pluie commence à tomber, mais ce n’est pas ça qui les arrête. En effet, leur motivation est à toute épreuve, et c’est sous un crachin parisien qu’elles commencent à kicker.

Malheureusement la pluie ne cesse, et au contraire redouble. Le ballon ovale devient de plus en plus glissant, et les positions pour rattraper le ballon ne fonctionnent plus, c’est comme avoir du beurre à la place du ballon ! Sous cette pluie battante, il ne manque plus que le savon pour finir sa douche en plein air, et c’est au bout de 30 min que l’équipe féminine rejoint les vestiaires où l’équipe masculine a fini de se changer.

A 15 heures précises, la rencontre Toulouse Hawks contre Paris Cockerels commence.

Le premier quart temps résonne comme une attaque parisienne : Les Paris Cockerels sont en forme, même s’ils ne sont que 10 à s’être déplacés pour ce match important de la saison. La pluie toujours présente ne facilite pas le jeu. Les Hawks ne se sont pas forcément préparés à une si belle prise en main du match de la part des Parisiens. Les changements chez les Cockerels se font vite, même si le seul remplaçant qui tourne, ne permet pas à l’équipe de se reposer.

Le jeu parisien n’est pas aérien comparé aux autres matchs de la saison : la simple raison est que l’équipe adverse a au moins une tête de plus sur tous les joueurs. Mais c’est donc au sol que tout se joue, et notre équipe se défend mieux que les Toulousains.

Paris remporte donc le premier quart temps : 23 à 14 contre Toulouse.

Le deuxième quart temps à l’inverse sonne Toulousain. Ils ont mieux compris à qui ils avaient à faire. La pluie a cessé et le ballon plus sec est plus facile à récupérer. Le jeu est donc plus aérien, au détriment de nos joueurs parisiens, qui ont du mal à suivre la hauteur des sauts des Toulousains.

Nous n’avons malheureusement pas de Ruck pour égaler, mais nous nous rattrapons sur d’autres actions : nous prenons notre temps pour nous placer pour kicker.

Les Hawks de Toulouse remontent donc le score, pour réduire l’avance prise par nos 10 joueurs au premier quart temps. Toulouse remporte donc le deuxième quart temps 48 contre 37 Paris Cockerels.

La pause de la mi-temps est bien appréciée, puisqu’elle permet à nos joueurs de se remettre physiquement de leurs efforts, qui ne sont pas si justement récompensés.

Le capitaine François, épaulé de Wilfried exposent la situation : effectivement ils sont menés, mais à 10 contre 15, ils ne sont pas battus et c’est ce qu’il faut retenir. La motivation de chaque joueur parisien est palpable.

La deuxième partie reprend avec ce troisième quart temps. Le soleil est de la partie, et Toulouse enchaîne les behind et les goals. Mais notre équipe remonte reboostée à bloc, et enchaine elle aussi pas mal de goals, ainsi que des behinds. Les kicks sont bien cadrés, ce qui permet aux Cockerels de se maintenir dans ce quart temps. L’écart ne s’agrandit que très légèrement.

La fatigue commence à se faire sentir des deux côtés et des fautes ne sont pas évitées : François reçoit un malheureux coup de pied dans la nuque, qui le laisse KO pour le reste de ce quart temps. Les joueurs sont victimes de crampes aux mollets, et la douleur se lit sur les visages. Même Johno qui d’habitude a une main collée au ballon, se fait prendre de volée par l’adversaire.

Les Toulousains ne sont pas en reste non plus, d’ailleurs un de leurs joueurs est blessé au nez par un mauvais coup.

Après ce troisième quart temps, le score est de 89-69.

Le quatrième quart temps redémarre sous la grisaille. Paris reprend l’avantage des goals et behinds sur ce quart temps, en enchainant les bons kicks au bon moment. Mais les Hawks ne sont jamais très loin et récupèrent vite le coup. 3 goals se suivent, qui sont mis le plus maladroitement possible. Le moral des Parisiens est au plus bas, même si ce n’est pas faute d’avoir joué avec le plus de courage et de force possibles. Nos joueurs ont tout donné, et même si cela n’a pas suffi, l’écart de score n’est absolument pas à pâlir.

Le match se finit donc sur le score de Toulouse Hawks 128-82 Paris Cockerels.

On peut conclure ce match, par des moments forts du Match coté Parisien : Nicolas a réussi prendre le dessus sur Julien M, 2m de haut, Clément qui sauve des situations en Full back avec des plongeons à la Otxoa et de bonnes relances, Matthieu qui s’en est sorti parfois seul contre 3 Toulousains.

Malgré tout, il y avait une bonne synergie entre les milieux et de bonnes combinaisons, les buts ont été beaucoup plus construits que ceux de Toulouse, bravo encore à John et Will, dont les accélérations répétées ont souvent cloué les Toulousains sur place et dont les kicks nous ont permis d’avoir autant de points.

Encore bravo à Aldo, pour avoir en plus tourné au milieu du terrain, à Matthew pour tous ces goals et son placement, à Jérôme qui malgré sa reprise et ses crampes, a très bien joué les coups dans la profondeur, et dont les appels ont souvent été très bons, et à Sébastien pour ses efforts à mettre en place les décrochages.

Ensuite, un arbitrage en adéquation avec les deux équipes présentes sur le terrain, un magnifique Fair Play des joueurs et supporters, ainsi qu’une ambiance de Folie menée admirablement par les cheerleaders des Paris Cockerels (qui n’ont plus de voix d’ailleurs !).

4 supportrices Parisiennes contre 30 pour Toulouse et pourtant on n’entendait qu’elles !!

Toulouse a une sacrée équipe, qui est largement attendu à domicile contre Paris le 18 mai. Ça promet d’être un beau match !

Rdv au stade de Pantin le 18 Mai à 15 heures !

Les Cockerelles

vs