Toulouse Hawks vs Paris Cockerels

Samedi 27 Avril 13 heures

L’équipe féminine des Paris Cockerels surnommée « les Cockerelles » a commencé son entrainement sur le terrain des Argoulets à Toulouse.

La pluie commence à tomber, mais ce n’est pas ça qui les arrête. En effet, leur motivation est à toute épreuve, et c’est sous un crachin parisien qu’elles commencent à kicker.

Malheureusement la pluie ne cesse, et au contraire redouble. Le ballon ovale devient de plus en plus glissant, et les positions pour rattraper le ballon ne fonctionnent plus, c’est comme avoir du beurre à la place du ballon ! Sous cette pluie battante, il ne manque plus que le savon pour finir sa douche en plein air, et c’est au bout de 30 min que l’équipe féminine rejoint les vestiaires où l’équipe masculine a fini de se changer.

A 15 heures précises, la rencontre Toulouse Hawks contre Paris Cockerels commence.

Le premier quart temps résonne comme une attaque parisienne : Les Paris Cockerels sont en forme, même s’ils ne sont que 10 à s’être déplacés pour ce match important de la saison. La pluie toujours présente ne facilite pas le jeu. Les Hawks ne se sont pas forcément préparés à une si belle prise en main du match de la part des Parisiens. Les changements chez les Cockerels se font vite, même si le seul remplaçant qui tourne, ne permet pas à l’équipe de se reposer.

Le jeu parisien n’est pas aérien comparé aux autres matchs de la saison : la simple raison est que l’équipe adverse a au moins une tête de plus sur tous les joueurs. Mais c’est donc au sol que tout se joue, et notre équipe se défend mieux que les Toulousains.

Paris remporte donc le premier quart temps : 23 à 14 contre Toulouse.

Le deuxième quart temps à l’inverse sonne Toulousain. Ils ont mieux compris à qui ils avaient à faire. La pluie a cessé et le ballon plus sec est plus facile à récupérer. Le jeu est donc plus aérien, au détriment de nos joueurs parisiens, qui ont du mal à suivre la hauteur des sauts des Toulousains.

Nous n’avons malheureusement pas de Ruck pour égaler, mais nous nous rattrapons sur d’autres actions : nous prenons notre temps pour nous placer pour kicker.

Les Hawks de Toulouse remontent donc le score, pour réduire l’avance prise par nos 10 joueurs au premier quart temps. Toulouse remporte donc le deuxième quart temps 48 contre 37 Paris Cockerels.

La pause de la mi-temps est bien appréciée, puisqu’elle permet à nos joueurs de se remettre physiquement de leurs efforts, qui ne sont pas si justement récompensés.

Le capitaine François, épaulé de Wilfried exposent la situation : effectivement ils sont menés, mais à 10 contre 15, ils ne sont pas battus et c’est ce qu’il faut retenir. La motivation de chaque joueur parisien est palpable.

La deuxième partie reprend avec ce troisième quart temps. Le soleil est de la partie, et Toulouse enchaîne les behind et les goals. Mais notre équipe remonte reboostée à bloc, et enchaine elle aussi pas mal de goals, ainsi que des behinds. Les kicks sont bien cadrés, ce qui permet aux Cockerels de se maintenir dans ce quart temps. L’écart ne s’agrandit que très légèrement.

La fatigue commence à se faire sentir des deux côtés et des fautes ne sont pas évitées : François reçoit un malheureux coup de pied dans la nuque, qui le laisse KO pour le reste de ce quart temps. Les joueurs sont victimes de crampes aux mollets, et la douleur se lit sur les visages. Même Johno qui d’habitude a une main collée au ballon, se fait prendre de volée par l’adversaire.

Les Toulousains ne sont pas en reste non plus, d’ailleurs un de leurs joueurs est blessé au nez par un mauvais coup.

Après ce troisième quart temps, le score est de 89-69.

Le quatrième quart temps redémarre sous la grisaille. Paris reprend l’avantage des goals et behinds sur ce quart temps, en enchainant les bons kicks au bon moment. Mais les Hawks ne sont jamais très loin et récupèrent vite le coup. 3 goals se suivent, qui sont mis le plus maladroitement possible. Le moral des Parisiens est au plus bas, même si ce n’est pas faute d’avoir joué avec le plus de courage et de force possibles. Nos joueurs ont tout donné, et même si cela n’a pas suffi, l’écart de score n’est absolument pas à pâlir.

Le match se finit donc sur le score de Toulouse Hawks 128-82 Paris Cockerels.

On peut conclure ce match, par des moments forts du Match coté Parisien : Nicolas a réussi prendre le dessus sur Julien M, 2m de haut, Clément qui sauve des situations en Full back avec des plongeons à la Otxoa et de bonnes relances, Matthieu qui s’en est sorti parfois seul contre 3 Toulousains.

Malgré tout, il y avait une bonne synergie entre les milieux et de bonnes combinaisons, les buts ont été beaucoup plus construits que ceux de Toulouse, bravo encore à John et Will, dont les accélérations répétées ont souvent cloué les Toulousains sur place et dont les kicks nous ont permis d’avoir autant de points.

Encore bravo à Aldo, pour avoir en plus tourné au milieu du terrain, à Matthew pour tous ces goals et son placement, à Jérôme qui malgré sa reprise et ses crampes, a très bien joué les coups dans la profondeur, et dont les appels ont souvent été très bons, et à Sébastien pour ses efforts à mettre en place les décrochages.

Ensuite, un arbitrage en adéquation avec les deux équipes présentes sur le terrain, un magnifique Fair Play des joueurs et supporters, ainsi qu’une ambiance de Folie menée admirablement par les cheerleaders des Paris Cockerels (qui n’ont plus de voix d’ailleurs !).

4 supportrices Parisiennes contre 30 pour Toulouse et pourtant on n’entendait qu’elles !!

Toulouse a une sacrée équipe, qui est largement attendu à domicile contre Paris le 18 mai. Ça promet d’être un beau match !

Rdv au stade de Pantin le 18 Mai à 15 heures !

Les Cockerelles

vs